Le 5 novembre 2018, deux immeubles se sont effondrés rue d’Aubagne, tuant huit personnes. Depuis, plus de 2600 habitants ont été expulsés de chez eux dans des conditions indignes. Noailles, La Belle-de-Mai, Le Panier… Nos quartiers populaires sont victimes de cette politique désastreuse.

Les personnes et familles délogées vivent un quotidien très difficile : hébergement précaire dans des hôtels ou des gymnases ; impossibilité de faire valoir leurs droits ; réintégration dans des logements calamiteux pour certains, aucune perspective de relogement pour la plupart…

Pour une Marseille vivante, accueillante et populaire, le Collectif du Panier en Colère a besoin de votre solidarité !

 

info@lepanierencolere.fr